Un peu déconcerté, on me dit que je suis malade, que c’est incurable, mes résultats d’analyses le crient haut et fort, le test génétique ne se gêne pas pour le hurler sur les toits  et moi je trouve que je suis en pleine forme. Mais demain est un autre jour, je viens de recevoir l’ordonnance qui me consacre malade, enfin je vais pouvoir prendre tous ces médicaments qui me font entrer dans la cour des grands, des grands malades. Et à la mine désolée du pharmacien me remettant les précieux sésames, tout ça quand même, je comprends enfin que ça y est je suis bien devenu un patient en affection longue durée, comme ils disent, en espérant nonobstant que le durée sera bien longue et moins douloureuse que certaines additions.